La Méditerranée – une surface ouverte à toutes les projections

L’historienne Leyla Dakhli (CNRS/ Centre Marc Bloch, Berlin), responsable de l’université d’été „De-Framing the Mediterranean from the 21st Century“ à Réthymnon (Crète), explique dans le magazine culturel français „Télérama“ l’évolution dans le temps de la notion de la Méditerranée. Elle évoque, que durant le XXIe siècle, la notion de la „Méditerranée“ était souvent utilisé, avec une certaine nostalgie, pour labelliser un savoir-vivre spécifique ou alors pour parler de l’espace commun entre Orient et Occident. Aujourd’hui, face à la thématique de la migration, le discours sur la Méditerranée  apparaît comme “ un espace apocalyptique rongé par les guerres, un territoire dévasté par la mort.“gruppe15

Pour dépasser et différencier cette vision dualiste – l’apocalypse et l’utopie – Leyla Dakhli propose une recherche approfondie sur l’imaginaire de la Méditerranée en travaillant sur les circulations d’idées actuelles et historiques. Dans ce contexte, elle mentionne des projets de recherche en cours qui ont été présentés dans le cadre de l’université d’été à Réthymnon (Crete), p.ex. un travail ethnographique sur la ville d’Izmir pour mieux comprendre ce lieu de passage pour les migrants syriens ou alors un projet de recherche qui porte sur  la Méditerranée comme „zone de guerre“.

Veuiller trouver l’article ici (payant).

abschlussdiskussion-edited


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.